En bref

Un projet de science participative sur le décodage de l'ADN du chêne de Napoléon à l'UNIL...

Depuis plus de deux cent ans, un chêne majestueux se dresse au centre du campus de Dorigny. Devenu l’emblème de l’UNIL, on raconte qu’il a été planté par la famille d’Etienne de Loys, propriétaire des lieux, pour honorer le passage des troupes de Napoléon le 12 mai 1800, lors de sa conquête de l’Italie .

Ce chêne pédonculé a vu des générations d’étudiants et de membres de la communauté universitaire déambuler, se rencontrer, se prélasser ou travailler sous son abondante frondaison. Il a survécu aux ravages du temps, perdu quelques branches et constitue un exemple de longévité d’un organisme vivant. Mais qu'en est-il de son génome ?

Le projet scientifique

Depuis la découverte de la structure de l’ADN au milieu du XXe siècle, la possibilité de séquencer des génomes a révolutionné la biologie et la médecine pour donner lieu à une nouvelle discipline de la biologie moléculaire, la génomique. Le projet scientifique vise à séquencer le génome complet du chêne, encore inconnu à ce jour ! Mais l’originalité repose aussi sur l’étude de la diversité génétique au sein des différentes parties de cet individu. Cette étude interdisciplinaire nécessite la collaboration de plusieurs chercheurs provenant de différents départements de l’Université de Lausanne ainsi que du SIB, l'Institut Suisse de Bioinformatique. 

Le projet de médiation

Avec l’avancée de la médecine personnalisée, les questions de traçabilité alimentaire ou les préoccupations concernant le maintien de la biodiversité, la société sera de plus en plus exposée à des informations complexes concernant la génétique. Aujourd’hui déjà, des décisions importantes sur le plan éthique et politique, qui requièrent des connaissances sur l’information contenue dans les génomes, doivent être prises. Il est donc important d’informer et de familiariser les citoyens avec le séquençage des génomes et la diversité génétique. 

Le projet de séquençage du génome du chêne de Napoléon, situé sur le campus de Dorigny de l’Université de Lausanne, vise donc à rendre cette information génétique accessible à tous en permettant à chacun de découvrir ces méthodes et discuter des enjeux du séquençage.

Pour participer, deux moyens, les rencontres et les ateliers:

Les rencontres: Participez à des rencontres publiques, directement au contact avec les chercheurs pour discuter avec eux des enjeux du séquençage et de ces nouvelles technologies. Différentes thématiques seront abordées, comme le rapport entre plantes et insectes, la sexualité des organismes ou le rapport entre gènes et environnement. Un chercheur spécialisé dans un domaine précis vous présentera l’état des lieux du séquençage du génome du chêne et orientera le débat sur un sujet donné.

Les ateliers: Les sciences de la vie vous intéressent ? Vous voulez en savoir plus sur l’ADN et le génome ? Venez à l’Eprouvette, laboratoire public de l’Université de Lausanne, pour vous glisser le temps de quelques heures dans la peau d’un chercheur en enfilant gants et blouses de laboratoire…

vieux_chene_napoleon_stramatakis © UNIL.jpegLe vieux chêne de Napoléon - Stramatakis © UNIL